Le jeûne – Wikipedia

Jeûne est l'abstinence volontaire ou la réduction de tout ou partie des aliments, des boissons, ou des deux, pendant une période donnée. Un rapide absolu ou le jeûne sec est normalement défini comme l'abstinence de tout aliment et liquide pendant une période définie. D'autres jeûnes peuvent être partiellement restrictifs, ne limitant que des aliments ou des substances particuliers, ou être intermittents.

Dans un contexte physiologique, le jeûne peut faire référence au statut métabolique d'une personne qui n'a pas mangé du jour au lendemain ou à l'état métabolique atteint après digestion complète et absorption d'un repas. Plusieurs ajustements métaboliques se produisent pendant le jeûne. Certains tests de diagnostic sont utilisés pour déterminer un état de jeûne. Par exemple, une personne est supposée être à jeun une fois que 8 à 12 heures se sont écoulées depuis le dernier repas. Les changements métaboliques de l'état de jeûne commencent après l'absorption d'un repas (généralement 3 à 5 heures après avoir mangé).

Un jeûne de diagnostic fait référence à un jeûne prolongé de 8 à 72 heures (selon l'âge) effectué sous observation afin de faciliter l'investigation d'une complication sanitaire, généralement l'hypoglycémie. De nombreuses personnes peuvent également jeûner dans le cadre d’une procédure médicale ou d’un bilan de santé, par exemple avant une coloscopie ou une intervention chirurgicale. Le jeûne peut également faire partie d'un rituel religieux.

Effets sur la santé(modifier)

Application médicale(modifier)

Le jeûne est toujours pratiqué avant une intervention chirurgicale ou toute autre procédure nécessitant une anesthésie générale en raison du risque d'aspiration pulmonaire du contenu gastrique après l'induction de l'anesthésie (c'est-à-dire vomir et inhaler le vomi, entraînant une pneumonie par aspiration mortelle).(1)(2)(3) De plus, certains tests médicaux, tels que le test de cholestérol (panel lipidique) ou certaines mesures de la glycémie, nécessitent un jeûne de plusieurs heures pour permettre l'établissement d'un niveau de référence. Dans le cas d'un panel lipidique, l'absence de jeûne pendant 12 heures (vitamines incluses) garantira une mesure élevée des triglycérides.(4)

Cancer(modifier)

L'American Cancer Society affirme que le jeûne ou la restriction calorique n'est pas utilisé pour traiter le cancer.(5)

Santé mentale(modifier)

Dans une revue, le jeûne a amélioré la vigilance, l'humeur et les sentiments subjectifs de bien-être, améliorant éventuellement les symptômes généraux de la dépression.(6)

Perte de poids(modifier)

Le jeûne pour des périodes inférieures à 24 heures (jeûne intermittent) s'est avéré efficace pour perdre du poids chez les adultes obèses et en bonne santé et pour maintenir une masse corporelle maigre.(7)(8)(9)

Autres effets(modifier)

Il a été avancé que le jeûne permet de mieux apprécier la nourriture.(7)(dix)(11)(12)

Dans de rares cas,(13) le jeûne peut conduire au syndrome de réalimentation.(14)

Application politique(modifier)

Le jeûne est souvent utilisé comme un outil pour faire une déclaration politique, pour protester ou pour sensibiliser à une cause. Une grève de la faim est une méthode de résistance non violente dans laquelle les participants se présentent comme un acte de protestation politique, pour provoquer un sentiment de culpabilité ou pour atteindre un objectif tel qu'un changement de politique.(citation requise) UNE jeûne spirituel incorpore des croyances spirituelles personnelles avec le désir d'exprimer des principes personnels, parfois dans le contexte d'une injustice sociale.(15)

Le dirigeant politique et religieux Mohandas K. Gandhi a entrepris plusieurs longs jeûnes en guise de protestation politique et sociale. Les jeûnes de Gandhi ont eu un impact significatif sur le Raj britannique et la population indienne en général.(citation requise)

En Irlande du Nord, en 1981, un prisonnier, Bobby Sands, participait à la grève de la faim irlandaise de 1981 pour protester contre de meilleurs droits en prison.(16) Sands venait juste d'être élu au Parlement britannique et est mort après 66 jours sans manger. 100 000 personnes ont assisté à ses obsèques et la grève n'a pris fin qu'après la mort de neuf autres hommes. En tout, dix hommes ont survécu sans nourriture pendant 46 à 73 jours.

César Chávez a entrepris un certain nombre de jeûnes spirituels, dont un jeûne de 25 jours en 1968 pour promouvoir le principe de la non-violence et un jeûne d'action de grâce et d'espoir pour se préparer à la désobéissance civile préétablie des travailleurs agricoles.(15)(17) Chávez a considéré un jeûne spirituel comme "une transformation spirituelle personnelle".(18) D'autres campagnes progressistes ont adopté la tactique.(19)

Vues religieuses(modifier)

Foi baha'ie(modifier)

Dans la foi bahá'íe, le jeûne est observé du lever au coucher du soleil pendant le mois bahá'í de 'Ala' (1er ou 2 mars – 19 ou 20 mars).(20)Bahá'u'lláh a établi les directives dans le Kitáb-i-Aqdas. Il s’agit de s’abstenir complètement de manger et de boire pendant la journée (y compris s’abstenir de fumer). La consommation de médicaments prescrits n'est pas limitée. Observer le jeûne est une obligation individuelle qui lie les baha'is entre 15 ans (considéré comme l’âge de la maturité) et 70 ans.(20) Les exceptions au jeûne incluent les personnes de moins de 15 ans et de plus de 70 ans; ceux qui souffrent de maladie; les femmes qui sont enceintes, qui allaitent ou ont leurs règles; les voyageurs qui répondent à des critères spécifiques; les personnes dont la profession implique un travail lourd et celles qui sont très malades, où le jeûne serait considéré comme dangereux. Il est conseillé aux personnes impliquées dans un travail pénible de manger en privé et généralement de prendre des repas plus simples ou plus petits que la normale.

Avec la prière obligatoire, c'est l'une des plus grandes obligations d'un baha'i.(20) Dans la première moitié du XXe siècle, Shoghi Effendi explique: "C’est essentiellement une période de méditation et de prière, de récupération spirituelle, au cours de laquelle le croyant doit s’efforcer de procéder aux ajustements nécessaires dans sa vie intérieure, de se régénérer et de se revigorer. les forces spirituelles latentes dans son âme. Son sens et son but ont donc un caractère fondamentalement spirituel. Le jeûne est symbolique et rappelle l’abstinence des désirs égoïstes et charnels. "(21)

bouddhisme(modifier)

Le Bouddha émacié après avoir subi des pratiques ascétiques sévères. Gandhara, 2 – 3ème siècle de notre ère. Musée anglais.

Les moines et les nonnes bouddhistes qui suivent les règles du Vinaya ne mangent généralement pas tous les jours après le repas de midi.(22) Ceci n'est pas considéré comme un régime rapide mais plutôt comme un régime discipliné aidant à la méditation et à une bonne santé.

Un jour, alors que le Bouddha était en tournée dans la région de Kasi avec une grande sangha de moines, il s'adressa à eux en ces termes: Moi, les moines, je ne mange pas de repas le soir. Ne mangeant pas de repas le soir, moi, moines, je suis conscient de ma bonne santé, de mon absence de maladie, de ma flottabilité, de notre force et de notre confort de vie. Venez, moine aussi, ne mangez pas de repas le soir. Ne mangez pas de repas le soir, vous aussi, moines, serez conscients de votre bonne santé et … vivez confortablement.(23)

Les bouddhistes laïques pratiquent le jeûne pendant les périodes de méditation intensive, comme lors d'une retraite. Pendant les périodes de jeûne, les adeptes s'éloignent complètement de la consommation de produits d'origine animale, bien qu'ils permettent la consommation de lait. En outre, ils évitent également de manger des aliments transformés et les cinq aliments piquants qui sont; ail, oignon gallois, ail, ciboulette, asana, poireau.(24) La Voie du Milieu fait référence à l’évitement des extrêmes d’indulgence d’une part et à l’auto-mortification de l’autre. Avant d'atteindre la bouddhéité, le prince Siddhartha pratiquait un bref régime d'austérité stricte et suivait des années de méditation sereine sous deux professeurs, qu'il consommait très peu de nourriture. Ces austérités avec cinq autres ascètes n’ont pas entraîné de progrès dans la méditation, la libération (moksha), ni le but ultime du nirvana. Désormais, le prince Siddhartha pratiqua la modération dans l'alimentation, qu'il recommanda plus tard pour ses disciples. Cependant, les jours d’Uposatha (environ une fois par semaine), les bouddhistes laïcs ont pour instruction d’observer les huit préceptes(25) ce qui inclut s'abstenir de manger après midi jusqu'au lendemain matin.(25) Les huit préceptes ressemblent beaucoup aux dix préceptes du vinaya pour les moines et les nonnes novices. Les préceptes des novices sont les mêmes, avec une interdiction supplémentaire de manipuler de l'argent.(26)

La pratique de Nyung Ne par le Vajrayana est basée sur la pratique tantrique de Chenrezig.(27)(28)(29) On dit que Chenrezig est apparu à une religieuse indienne(27) qui avait contracté la lèpre et était sur le point de mourir. Chenrezig lui a appris la méthode de Nyung Ne(27) dans lequel on garde les huit préceptes le premier jour, puis s'abstient de nourriture et d'eau le second. Bien qu’apparemment opposée à la voie du milieu, cette pratique consiste à expérimenter le karma négatif de soi et de tous les autres êtres sensibles et, en tant que telle, est considérée comme bénéfique. Les autres préjudices auto-infligés sont découragés.(30)(31)

Christianisme(modifier)

Dans la Bible chrétienne:(32)

Le jeûne habituel dans l'Ancien Testament a commencé au coucher du soleil et s'est prolongé jusqu'au coucher du soleil le deuxième jour. Lorsque le jeûne partiel était utilisé, une personne s'abstiendrait de nourriture uniquement pendant les heures de clarté. Troisièmement, le jeûne partiel comprenait l’abstinence des relations sexuelles entre mari et femme.(32)

Le jeûne est une pratique pratiquée dans plusieurs confessions chrétiennes. Il est pratiqué collectivement à certaines saisons du calendrier liturgique ou individuellement, en tant que croyant qui se sent conduit par le Saint-Esprit.(33) Dans le christianisme occidental, le jeûne du Carême est observé par de nombreux communicants de l’Église catholique, des églises luthériennes, des églises méthodistes, des églises réformées, de la communion anglicane et des églises orthodoxes occidentales. Il s’agit d’un jeûne partiel de quarante jours destiné à commémorer le jeûne observé par le Christ au cours des siècles. sa tentation dans le désert.(34)(35) Alors que certains chrétiens occidentaux observent le jeûne du Carême dans son intégralité, les confessions chrétiennes occidentales soulignent aujourd'hui le mercredi des cendres et le vendredi saint comme étant les jours normatifs du jeûne dans la période du Carême.(36)(37)

Dans le jeûne noir traditionnel, l'observateur s'abstient de nourriture pendant une journée entière jusqu'au soir et, au coucher du soleil, il rompt traditionnellement le jeûne.(38)(39)(40) En Inde et au Pakistan, de nombreux chrétiens continuent à observer le jeûne noir le mercredi des cendres et le vendredi saint, certains jeûnant de cette manière pendant toute la saison du carême.(41)

Jeûne partiel au sein de l'église orthodoxe éthiopienne (sans viande ni lait) qui a lieu à certaines périodes de l'année et dure plusieurs semaines.

Catholicisme Romain(modifier)

Pour les catholiques romains, le jeûne, pris comme terme technique, consiste à réduire sa consommation de nourriture en un repas complet (qui ne peut pas contenir de viande le mercredi des Cendres, le Vendredi saint et le vendredi toute l'année, sauf si une solennité devait tomber le vendredi).(42)) et deux petits repas (connus sous le nom liturgique de collations, pris le matin et le soir), qui ne doivent pas être équivalents au gros repas. La consommation d'aliments solides entre les repas n'est pas autorisée. Le jeûne est obligatoire pour les fidèles âgés de 18 à 59 ans certains jours. L'abstinence complète de la viande pour la journée est obligatoire pour les 14 ans et plus. L'abstinence partielle prescrit que la viande ne soit prise qu'une fois par jour. Il est entendu que la viande n'inclut pas de poisson ni d'animaux à sang froid.

Le pape Pie XII avait initialement assoupli certains règlements concernant le jeûne en 1956. En 1966, le pape Paul VI dans sa constitution apostolique Paenitemini, a modifié les exigences strictes du jeûne catholique romain. Il a recommandé que le jeûne soit adapté à la situation économique locale et que tous les catholiques jeûnent et s'abstiennent volontairement. Aux États-Unis, il n'y a que deux jours de jeûne obligatoires: le mercredi des cendres et le vendredi saint. Les vendredis du carême sont des jours d'abstinence: il est interdit de manger de la viande. Les enseignements pastoraux depuis 1966 ont préconisé le jeûne volontaire pendant le carême et l’abstinence volontaire les autres vendredis de l’année. La réglementation concernant de telles activités ne s'applique pas lorsque la capacité de travailler ou la santé d'une personne en pâtiraient.

Avant les changements apportés par Pie XII et Paul VI, le jeûne et l'abstinence étaient réglementés de manière plus stricte. L'église avait prescrit aux catholiques romains d'observer le jeûne ou l'abstinence un certain nombre de jours tout au long de l'année.

En plus des jeûnes mentionnés ci-dessus, les catholiques romains doivent également observer le jeûne eucharistique, qui consiste à ne prendre dans le corps que de l'eau et des médicaments pendant une heure avant de recevoir l'eucharistie. L'ancienne pratique était de jeûner de minuit à la messe ce jour-là, mais comme les messes après midi et le soir devenaient courantes, cette pratique a été rapidement modifiée pour jeûner pendant trois heures. La loi actuelle exige seulement une heure de jeûne eucharistique, bien que certains catholiques respectent encore les anciennes règles.

On parle couramment de jeûne, de jeûne, d'abstinence, du jeûne eucharistique et de disciplines sacrificielles personnelles telles que l'abnégation de bonbons pour le carême.

L’Église catholique a également encouragé le Black Fast dans lequel, en plus de l’eau, le pain est également consommé. En règle générale, cette forme de jeûne n’était utilisée que par les moines et d’autres personnes religieuses pratiquant la mortification et l’ascèse, mais tous les catholiques sont invités à y prendre part avec l’avis et le consentement de leur directeur spirituel.

anglicanisme(modifier)

Le Book of Common Prayer définit certains jours comme jours de jeûne et d’abstinence ", soit les 40 jours du carême, les jours de braise, les trois jours de rogation (du lundi au mercredi suivant le dimanche après le jour de l’Ascension) et tous les vendredis de la année (sauf Noël, s'il tombe un vendredi) ":(43)

Un tableau des veillées, des jeûnes et des jours d'abstinence à observer au cours de l'année.

Les veilles devant:

La Nativité de notre Seigneur.
La purification de la Bienheureuse Vierge Marie.
L'annonciation de la Sainte Vierge.
Jour de Pâques.
Jour de l'Ascension.
Pentecôte.
St. Matthias.
Saint Jean Baptiste.
Saint Pierre.
St James.
Saint-Barthélemy.
Saint Matthieu.
Saint Simon et Saint Jude.
St. Andrew.
Saint Thomas.
Toussaint.
Remarque: si l'un de ces jours de fête tombe un lundi, la veille ou le jour de jeûne doit être tenu le samedi et non le dimanche suivant.
Jours de jeûne ou d'abstinence.

I. Les quarante jours du carême.
II. Les jours de la braise aux quatre saisons, soit les mercredi, vendredi et samedi suivant le premier dimanche du carême, la fête de la Pentecôte, les 14 septembre et 13 décembre.
III. Les Trois Jours de Rogation, soit les lundi, mardi et mercredi, avant le Jeudi Saint ou l’Ascension de notre Seigneur.
IV Tous les vendredis de l'année, sauf le jour de Noël.

Le livre de prières de Saint Augustin définit "Le jeûne, ce qui signifie généralement pas plus qu'un petit-déjeuner léger, un repas complet et un demi-repas pendant les quarante jours du carême".(44)L'abstinence, selon le livre de prières de saint Augustin, "signifie s'abstenir de certains types d'aliments ou de boissons. Une des expressions traditionnelles de l'abstinence consiste à éviter de manger de la viande les vendredis du carême ou toute l'année, sauf pendant les saisons de Noël et de Pâques. Il est courant d’entreprendre un acte d’abstinence particulier pendant toute la saison du carême. Cette autodiscipline peut être utile à d’autres moments, comme acte de solidarité avec ceux qui sont dans le besoin ou comme expression corporelle de la prière. "(45)

Dans le processus de révision du Book of Common Prayer dans diverses provinces de la Communion anglicane, la spécification de l'abstinence ou du jeûne pour certains jours a été conservée. Généralement, le carême et les vendredis sont mis de côté, bien que les vendredis de Noël et de Pâques soient parfois évités. Souvent, les jours Ember ou Rogation Days sont également spécifiés, ainsi que les veilles de certaines fêtes.

Orthodoxie Orientale(modifier)

Pour les chrétiens orthodoxes d'Orient, le jeûne est une discipline spirituelle importante, à la fois dans l'Ancien Testament et dans le Nouveau. Il est lié au principe de la théologie orthodoxe de la synergie entre le corps (grec: soma) et l'âme (pneuma). C’est-à-dire que les chrétiens orthodoxes ne voient pas une dichotomie entre le corps et l’âme mais les considèrent plutôt comme un tout uni, et ils croient que ce qui arrive à l’un affecte l’autre (ceci est connu sous le nom de union psychosomatique entre le corps et l'âme).(46)(47) Saint Grégoire Palamas a fait valoir que le corps de l'homme n'est pas un ennemi mais un partenaire et un collaborateur de l'âme. Le Christ, en prenant un corps humain lors de l'Incarnation, a fait de la chair une source inépuisable de sanctification.(48) Ce même concept se retrouve également dans les homélies beaucoup plus anciennes de Saint Macarius le Grand.

Le jeûne peut prendre une partie importante de l'année civile. Le jeûne n'a pas pour but de souffrir, mais selon la tradition sacrée, de se prémunir contre la gourmandise et les pensées, actions et mots impurs.(49) Le jeûne doit toujours être accompagné d'une augmentation de la prière et de l'aumône (faire un don à une œuvre de bienfaisance locale ou directement aux pauvres, selon les circonstances). S'engager dans le jeûne sans eux est considéré comme inutile ou même nuisible spirituellement.(46) Se repentir de ses péchés et tendre l'amour aux autres fait partie intégrante du vrai jeûne.

Jours rapides(modifier)

Il y a quatre saisons de jeûne, qui comprennent:

Les mercredis et vendredis sont également des jours de jeûne toute l'année (à l'exception des périodes sans jeûne). Dans certains monastères orthodoxes, les lundis sont également des jours de jeûne (les lundis sont consacrés aux anges et le monachisme est appelé "vie angélique").(47)

Il y a d'autres jours qui sont toujours observés comme jours rapides:

Règles(modifier)

Le jeûne pendant ces périodes comprend l'abstention de:

  • viande, poisson, œufs et produits laitiers
  • parfois de l'huile (interprétée différemment comme abstention de l'huile d'olive seulement, ou comme abstention de toutes les huiles de cuisson en général), et
  • vin rouge (qui est souvent interprété comme incluant tout le vin ou les boissons alcoolisées)
  • activité sexuelle (où le jeûne est pré-communion)(50)

Lorsqu'un jour de fête a lieu un jour de jeûne, le jeûne est souvent atténué (atténué) dans une certaine mesure (bien que la viande et les produits laitiers ne soient jamais consommés pendant une journée de jeûne). Par exemple, la fête de l'Annonciation a presque toujours lieu pendant le grand carême du calendrier orthodoxe: dans ce cas, le poisson (traditionnellement l'aiglefin frit dans l'huile d'olive) est le repas principal de la journée.

Il y a deux degrés d'atténuation: allocation de vin et d'huile; et allocation de poisson, vin et huile. Les très jeunes et très âgés, les mères qui allaitent, les infirmes, ainsi que ceux pour qui le jeûne pourrait mettre leur santé en danger, sont dispensés des règles de jeûne les plus strictes.(46)

Les jours de semaine de la première semaine du Grand Carême, le jeûne est particulièrement sévère et nombreux sont ceux qui l'observent en s'abstenant de toute nourriture pendant un certain temps. Selon une stricte observance, les cinq premiers jours (du lundi au vendredi), on ne mange que deux repas, un mercredi et l'autre vendredi, tous deux après la liturgie présanctifiée. Ceux qui sont incapables de suivre l'observance stricte peuvent manger le mardi et le jeudi (mais pas, si possible, le lundi) le soir après les vêpres, lorsqu'ils peuvent prendre du pain et de l'eau, ou peut-être du thé ou du jus de fruit, mais pas cuits repas. La même abstention stricte est observée pendant la semaine sainte, sauf qu'un repas végétalien avec du vin et de l'huile est autorisé le Grand jeudi.(46)

Le mercredi et le vendredi de la première semaine du Grand Carême, les repas pris sont constitués de xérophagie (littéralement "repas secs"), c’est-à-dire légumes, fruits et noix bouillis ou crus.(46) Dans plusieurs monastères et chez plus de fervents laïcs, on observe une xérophagie tous les jours de la semaine (du lundi au vendredi) du Grand Carême, sauf lorsque le vin et l'huile sont autorisés.

Ceux qui désirent recevoir la Sainte Communion tiennent un jeûne total de toute nourriture et boisson à partir de minuit la nuit précédente (voir Discipline eucharistique). La seule exception est la communion offerte lors de la liturgie du dimanche de Pâques à minuit, lorsque tous sont expressément invités et encouragés à recevoir l'Eucharistie, qu'ils aient ou non tenu le jeûne prescrit.

Jours sans jeûne(modifier)

Pendant certaines périodes festives, les règles du jeûne sont totalement supprimées et tout le monde dans l'église est encouragé à se régaler, même les mercredi et vendredi. Les jours sans jeûne sont les suivants:

méthodisme(modifier)

Dans le méthodisme, le jeûne est considéré comme l'une des œuvres de piété.(51) le La discipline de l'Église méthodiste wesleyenne a demandé aux méthodistes de jeûner le "premier vendredi après le jour de l'an; après le jour de la Saint-Dame; après le jour de la Saint-Été; et après le jour de Michaelmas".(52) Historiquement, le clergé méthodiste est tenu de jeûner le mercredi, en souvenir de la trahison du Christ, et le vendredi, en souvenir de sa crucifixion et de sa mort.(53)(54) "Les règles générales de l'Église méthodiste", écrit par le fondateur du méthodisme, John Wesley, écrit: "Tous ceux qui souhaitent continuer dans ces sociétés doivent s'attendre à ce qu'ils continuent à manifester leur désir de salut en les ordonnances de Dieu, telles que: le culte public de Dieu, le ministère de la Parole lue ou expliqué, la Cène du Seigneur, la prière familiale et privée, la recherche des Écritures, le jeûne ou l'abstinence. "(54) Les instructions données aux sociétés de bande (25 décembre 1744) prescrivent le jeûne et l'abstinence de la viande tous les vendredis de l'année,(52)(55) Phoebe Palmer a de nouveau insisté sur cette pratique qui est devenue la norme dans les églises méthodistes du mouvement de la sainteté.(56)(57) Wesley lui-même a également jeûné avant de recevoir la Sainte Communion "dans le but de concentrer son attention sur Dieu", et a demandé à d'autres chrétiens méthodistes de faire de même.(54) Conformément aux Ecritures et aux enseignements des Pères de l'Église, le jeûne méthodiste se fait "du matin au soir"; John Wesley a gardé un vendredi jeûne plus rigoureux, jeûnant du coucher du soleil (jeudi) au coucher du soleil (vendredi) conformément à la définition liturgique du jour.(54)(58) Les homélies méthodistes historiques concernant le sermon sur la montagne ont également souligné l’importance du jeûne du carême.(59) L'Église Méthodiste Unie déclare donc que:

Il existe une base biblique solide pour le jeûne, en particulier pendant les 40 jours du Carême menant à la célébration de Pâques. Jésus, dans le cadre de sa préparation spirituelle, est allé dans le désert et a jeûné 40 jours et 40 nuits, selon les évangiles.(60)

Le vendredi saint, vers la fin du carême, est traditionnellement un jour important de jeûne communautaire pour les méthodistes.(36) La révérende Jacqui King, ministre de l'Église méthodiste unie Nu Faith Community à Houston, a expliqué la philosophie du jeûne pendant le carême comme suit: "Je ne saute pas de repas parce qu'au lieu de ce repas, je dîne en réalité avec Dieu".(61)

Orthodoxe oriental(modifier)

Toutes les églises orthodoxes orientales pratiquent le jeûne; Cependant, les règles de chaque église diffèrent. Toutes les églises exigent le jeûne avant de recevoir la Sainte Communion. Toutes les églises pratiquent le jeûne la plupart des mercredis et vendredis de l'année, ainsi que de nombreuses autres journées. Les moines et les nonnes observent également des jours de jeûne supplémentaires non requis des laïcs.

L’Église apostolique arménienne (à l’exception du patriarcat arménien de Jérusalem) suit le calendrier grégorien depuis 1923, ce qui en fait, de même que l’église orthodoxe finlandaise, les seules églises orthodoxes à célébrer Pâques le même jour que le christianisme occidental. En conséquence, l'observation du carême par l'église arménienne commence et se termine généralement avant celle d'autres églises orthodoxes.

À l'exception des cinquante jours qui suivent Pâques dans l'Église orthodoxe copte d'Alexandrie, la pêche est interdite pendant le carême ou les mercredis, vendredis et jours de Paramon. En dehors de cela, le poisson et les fruits de mer sont autorisés les jours de jeûne.

La discipline du jeûne implique que, mis à part les samedis, les dimanches et les fêtes sacrées, tous les repas et les boissons doivent être gardés à partir de minuit la veille au soir jusqu'à une certaine heure de la journée, généralement trois heures de l'après-midi (le heure Jésus est mort sur la croix). En outre, il est préférable de réduire sa consommation quotidienne de nourriture, généralement en ne mangeant qu'un seul repas complet par jour.

L’Église orthodoxe Tewahedo d’Érythrée suit généralement les pratiques de jeûne de l’Église copte, mais dans certains cas, elle suit celle de l’Éthiopie.

L’Église éthiopienne orthodoxe Tewahedo a un calendrier de jeûne particulièrement rigoureux.

Le jeûne dans l'église éthiopienne implique l'abstention de manger et de boire. Aucun produit d'origine animale n'est consommé, y compris les produits laitiers, les œufs et la viande. Les ustensiles qui ont touché de tels produits doivent être lavés avant de toucher les aliments strictement végétaliens consommés les jours de pointe. Pendant les périodes de jeûne, la Sainte Liturgie (Messe) a lieu à midi (sauf les samedis et les dimanches) et, comme aucune nourriture ne peut être consommée avant la communion, il est de tradition que les gens s'abstiennent de nourriture jusqu'à la fin de la messe (environ 2 à 3 heures). l'après-midi). Chaque mercredi et vendredi sont des jours de jeûne car le mercredi est le jour de la condamnation du Seigneur et le vendredi est le jour de la crucifixion (les mercredis et vendredis entre le dimanche de Pâques et le dimanche de la Pentecôte sont exceptionnels, ainsi que lorsque Noël ou l'Épiphanie tombent Mercredi ou un vendredi). Les jeûnes ordonnés dans le canon de l'Église d'Éthiopie sont:

  • 1. Le carême, y compris la semaine sainte et le jeûne de la croix de 10 jours proclamé par l'empereur byzantin Hereaclus (connu sous le nom de Hudadi, Abiye Tsom ou Tsome Eyesus), 56 jours.
  • 2. Le jeûne des apôtres, 10 à 40 jours, que les apôtres ont gardés après avoir reçu le Saint-Esprit. Cela commence après la Pentecôte (connu sous le nom de Tsome Hwariat).
  • 3. Le jeûne de l'Assomption de la Sainte Vierge, le 16 août (connu sous le nom de Tsome Filseta).
  • 4. La veille de Noël (Gahad ze Lidet) et La veille de l'Épiphanie, (Gahad ze Timket).
  • 5. Avent, 40 jours (connu sous le nom de Tsome Gena qui commence par "Sibket" le 15ème Hedar et se termine la veille de Noël).
  • 6. Le jeûne de Ninive, commémorant la prédication de Jonas. (Les lundi, mardi et mercredi de la troisième semaine avant le carême.
  • 7. Tous les mercredis et vendredis de l'année, sauf ceux situés entre le dimanche de Pâques et le dimanche de la Pentecôte.

En plus de cela, il y a le jeûne de repentance qu'une personne conserve après avoir commis un péché, le prêtre l'imposant en pénitence pendant sept jours, quarante jours ou un an. Il y a aussi un jeûne qu'un évêque tient au moment où il est consacré. Il y a aussi des jeûnes qui sont largement observés mais qui n'ont pas été inclus dans le canon de l'église et qui sont donc considérés comme strictement optionnels tels que le "Tsige Tsom" ou le "Fast Fast", également connu sous le nom de "Kweskwam Tsom" qui marque l'exil de la Sainte Famille en Egypte.

Toutes les personnes de plus de 13 ans doivent observer les jeûnes de l'église. La plupart des enfants de plus de sept ans sont censés observer au moins le jeûne de l'Assomption de la Sainte Vierge. Les dispensations sont accordées aux malades.

Le nombre total de jours de jeûne est d'environ 250 par an. Alors que beaucoup observent les allocations de poisson de l'Église copte pendant les jeûnes plus longs, il est de plus en plus courant dans l'Église éthiopienne de s'abstenir de pêcher pendant tous les jeûnes, selon les canons de l'Église éthiopienne.

L'observation du carême au sein de l'église syriaque orthodoxe était très stricte, mais elle est maintenant comparativement moins sévère que celle observée dans d'autres églises orthodoxes.

Eglise de l'Est(modifier)

L’Église assyrienne de l’Est pratique le jeûne pendant le carême, sept semaines avant Pâques, pendant laquelle les fidèles s’abstiennent de manger des œufs, de la viande et tout produit laitier ou animal. Ceci est précédé par la nuit Somikka.

L'Eglise de l'Est observe strictement le jeûne de Ninive (Som Baoutha). Cette célébration annuelle a lieu exactement trois semaines avant le début du carême. Cette tradition est pratiquée par tous les chrétiens de tradition syriaque depuis le 6ème siècle. À cette époque, une épidémie de peste frappait la région de Ninive, le nord de l'Irak moderne. La peste a dévasté la ville et les villages environnants et, désespérés, les habitants se sont précipités chez leur évêque pour trouver une solution. L'évêque a cherché de l'aide dans les Écritures et a découvert l'histoire de Jonas dans l'Ancien Testament. Après avoir lu l'histoire, l'évêque a ordonné un jeûne de trois jours pour demander pardon à Dieu. Au bout de trois jours, la peste s'était miraculeusement arrêtée et le quatrième jour, le peuple se réjouit.

luthérien(modifier)

Martin Luther, le réformateur protestant, a soutenu que le jeûne servait à "tuer et soumettre l'orgueil et le désir de la chair".(62) En tant que telles, les églises luthériennes mettaient souvent l'accent sur le jeûne volontaire plutôt que sur le jeûne collectif, bien que certaines saisons liturgiques et certains jours saints fussent des périodes de jeûne collectif et d'abstinence.(63)(64) Certaines communautés luthériennes préconisent le jeûne à des moments déterminés tels que le carême,(35)(65) surtout le mercredi des cendres et le vendredi saint.(37)(35)(66)(67)Un manuel pour la discipline du carême définit les directives de jeûne luthériennes suivantes:(68)

  1. Jeûne le mercredi des cendres et le vendredi saint avec un seul repas au cours de la journée, généralement sans viande.
  2. S'abstenir de manger de la viande (aliments ensanglantés) tous les vendredis du carême, en remplaçant le poisson par exemple.
  3. Éliminer un aliment ou un groupe d'aliments pour toute la saison. Pensez tout particulièrement à conserver des aliments riches et gras pour Pâques.
  4. Pensez à ne pas manger avant de recevoir la communion pendant le carême.
  5. Abstenez-vous ou limitez une activité favorite (télévision, cinéma, etc.) pendant toute la saison et consacrez plus de temps à la prière, à l'étude de la Bible et à la lecture de matériel de dévotion.(68)

Il est également considéré comme une préparation physique appropriée pour prendre part à l'Eucharistie, mais le jeûne n'est pas nécessaire pour recevoir le sacrement. Martin Luther écrivait dans son Petit Catéchisme: "Le jeûne et la préparation physique sont certes un excellent entraînement extérieur, mais une personne qui a foi en ces mots" donné pour vous "et" versé pour vous pour le pardon des péchés "est vraiment digne et bien préparé . "(69)

Réformé(modifier)

John Calvin, figure de proue de la tradition réformée (églises continentales réformée, congrégationaliste, presbytérienne et anglicane), estimait que les jeûnes communautaires "contribueraient à apaiser la colère de Dieu, combattant ainsi les ravages de la peste, de la famine et de la guerre".(62) De plus, le jeûne individuel était bénéfique en "préparant l'individu en privé à la prière, tout en promouvant l'humilité, la confession de culpabilité, la gratitude pour la grâce de Dieu et, bien sûr, la discipline du désir".(62) En tant que telles, de nombreuses Églises de la tradition réformée ont conservé le jeûne du Carême dans son intégralité.(34) L’Église réformée d’Amérique décrit le premier jour du Carême, le mercredi des Cendres, comme une journée "axée sur la prière, le jeûne et le repentir" et considère le jeûne comme l’objet de toute la saison du carême.(70) comme le montre "l'Invitation à observer une discipline de carême", trouvée dans la liturgie réformée pour le service du mercredi des Cendres, qui est lue par le président:(71)

Nous commençons cette période sainte en reconnaissant notre besoin de repentance et notre besoin d'amour et de pardon qui nous sont manifestés en Jésus-Christ. Je vous invite donc, au nom du Christ, à observer le Saint-Carême, par l'examen de soi et la pénitence, par la prière et le jeûne, par la pratique d'œuvres d'amour, par la lecture et la réflexion sur la Sainte Parole de Dieu.(71)

Le vendredi saint, vers la fin du carême, est traditionnellement un jour important de jeûne communautaire pour les adeptes de la religion réformée.(36) De plus, dans la tradition puritaine / congrégatoire du christianisme réformé, des journées spéciales d'humiliation et d'action de grâce "en réponse à de terribles conditions agricoles et météorologiques, des crises ecclésiastiques, militaires, politiques et sociales" sont réservées au jeûne communautaire.(72)

Ces dernières années, de nombreuses églises touchées par des mouvements de renouveau liturgique ont commencé à encourager le jeûne dans le cadre du Carême et parfois de l’Avent, deux saisons pénitentiaires de l’année liturgique. Les membres du mouvement anabaptiste jeûnent généralement en privé. La pratique n'est pas réglementée par l'autorité ecclésiastique.(73) D'autres protestants considèrent que le jeûne, généralement accompagné de la prière, constitue une partie importante de leur expérience spirituelle personnelle, indépendamment de toute tradition liturgique.

Pentecôtisme(modifier)

Le pentecôtisme classique n'a pas de jours fixes d'abstinence et de prêt, mais les individus dans le mouvement peuvent avoir le sentiment d'être dirigés par le Saint-Esprit pour entreprendre des jeûnes courts ou prolongés. Although Pentecostalism has not classified different types of fasting, certain writers within the movement have done so. Arthur Wallis writes about the "Normal Fast" in which pure water alone is consumed.(74) The "Black Fast" in which nothing, not even water, is consumed is also mentioned. Dr. Curtis Ward points out that undertaking a black fast beyond three days may lead to dehydration, may irreparably damage the kidneys, and result in possible death.(75) He further notes that nowhere in the New Testament is it recorded that anyone ever undertook a black fast beyond three days and that one should follow this biblical guideline. In addition to the normal fast and black fast, some undertake what is referred to as the Daniel Fast (or Partial Fast) in which only one type of food (e.g., fruit or fruit and non-starchy vegetables) is consumed.(74) In a Daniel Fast, meat is almost always avoided, in following the example of Daniel and his friends' refusal to eat the meat of Gentiles, which had been offered to idols and not slaughtered in a kosher manner. In some circles of Pentecostals, the term "fast" is simply used, and the decision to drink water is determined on an individual basis.

The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints(modifier)

For members of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, fasting is total abstinence from food and drink accompanied by prayer. Members are encouraged to fast on the first Sunday of each month, designated as Fast Sunday. During Fast Sunday, members fast for two consecutive meals (24 hours); this is usually Sunday breakfast and lunch, thus the fasting occurs between the evening meal on Saturday and the evening meal on Sunday. The money saved by not having to purchase and prepare meals is donated to the church as a fast offering, which is then used to help people in need.(76) Members are encouraged to donate more than just the minimal amount, and be as generous as possible. The late LDS President Gordon B. Hinckley asked: "Think … of what would happen if the principles of fast day and the fast offering were observed throughout the world. The hungry would be fed, the naked clothed, the homeless sheltered. … A new measure of concern and unselfishness would grow in the hearts of people everywhere."(77) Fasting and the associated donations for use in assisting those in need, are an important principle as evidenced by Church leaders addresses on the subject during General Conferences of the Church, e.g. The blessing of a proper fast in 2004, Is Not This the Fast That I Have Chosen? in 2015

Sunday worship meetings on Fast Sunday include opportunities for church members to publicly bear testimony during the sacrament meeting portion, often referred to as fast and testimony meeting.(78)

Fasting is also encouraged for members any time they desire to grow closer to God and to exercise self-mastery of spirit over body. Members may also implement personal, family or group fasts any time they desire to solicit special blessings from God, including health or comfort for themselves or others.(78)

Hinduism(modifier)

Fasting is a very integral part of the Hindu religion. Individuals observe different kinds of fasts based on personal beliefs and local customs. Some are listed below:

  • Some Hindus fast on certain days of the month such as Ekadasi, Pradosha, or Purnima.
  • Certain days of the week are also set aside for fasting depending on personal belief and favorite deity. For example, devotees of Shiva tend to fast on Mondays, while devotees of Vishnu tend to fast on Thursdays and devotees of Ayyappa tend to fast on Saturdays.
  • Tuesday fasting is common in southern India as well as northwestern India. In the south, it is believed that Tuesday is dedicated to Goddess Mariamman, a form of Goddess Shakti. Devotees eat before sunrise and drink only liquids between sunrise and sunset. In the North, Tuesday is dedicated to Lord Hanuman and devotees are allowed only to consume milk and fruit between sunrise and sunset.
  • Thursday fasting is common among the Hindus of northern India. On Thursdays, devotees listen to a story before opening their fast. On the Thursday fasters also worship Vrihaspati Mahadeva. They wear yellow clothes, and meals with yellow colour are preferred. Women worship the banana tree and water it. Food items are made with yellow-coloured ghee. Thursday is also dedicated to Guru and many Hindus who follow a guru will fast on this day.
  • Fasting during religious festivals is also very common. Common examples are Maha Shivaratri (Most people conduct a strict fast on Maha Shivratri, not even consuming a drop of water ), or the nine days of Navratri (which occurs twice a year in the months of April and October/November during Vijayadashami just before Diwali, as per the Hindu calendar). Karwa Chauth is a form of fasting practised in some parts of India where married women undertake a fast for the well-being, prosperity, and longevity of their husbands. The fast is broken after the wife views the moon through a sieve. In the fifth month (Shravan Maas) of the Hindu calendar, many celebrate Shraavana. During this time some will fast on the day of the week that is reserved for worship of their chosen god(s), while others will fast during the entire month.(79)
  • In the state of Andhra Pradesh, the month of Kartik (month), which begins with the day after Deepavali is often a period of frequent (though not necessarily continuous) fasting for some people, especially women. Common occasions for fasting during this month include Mondays for Lord Shiva, the full-moon day of Karthika and the occasion of Naagula Chaviti.

Methods of fasting also vary widely and cover a broad spectrum. If followed strictly, the person fasting does not partake any food or water from the previous day's sunset until 48 minutes after the following day's sunrise. Fasting can also mean limiting oneself to one meal during the day, abstaining from eating certain food types or eating only certain food types. In any case, the fasting person is not supposed to eat or even touch any animal products (i.e., meat, eggs) except dairy products. Amongst Hindus during fasting, starchy items such as Potatoes, Sago and Sweet potatoes are allowed. The other allowed food items include milk products, peanuts and fruits. Peanuts and the starchy items mentioned above originate outside India.

In Shri Vidya, one is forbidden to fast because the Devi is within them, and starving would in return starve the god. The only exception in Srividya for fasting is on the anniversary of the day one's parents died.

Mahabharata:Anushasana Parva (Book 13)

Yudhishthira asks Bhishma, "what constitutes the highest penances?" Bheeshma states (in section 103) " ….there is no penance that is superior to abstention from food! In this connection is recited the ancient narrative of the discourse between Bhagiratha and the illustrious Brahman (the Grandsire of the Creation).(80)

Bhagiratha says, The vow of fast was known to Indra. He kept it a secret but USANAS first made it known to the universe. Bhagiratha says, "In my opinion, there is no penance higher than fast." Bhagiratha did many sacrifices and gave gifts and says "the present that flowed from me were as copious as the stream of the Ganga herself.(but ..) it is not through the merits of these acts that I have attained this region." Bhagiratha observed the vow of fasting and reached "the region of Brahman"

Bheeshma advises Yudhishthira, "Do thou practice this vow (of fasting) of very superior merit that is not known to all."

In section 109, of the same book, Yudhishthira asks Bheesma "what is the highest, most beneficial" and fruitful "of all kinds of fasts in the world". Bheeshma says "fasting on the 12th day of the lunar month" and worship Krishna, for the whole year. Krishna is worshipped in twelve forms as Kesava, Narayana, Madhava, Govinda, Vishnu, the slayer of Madhu, who covered the universe in three steps, the dwarf (who beguiled Mahabali), Sridhara, Hrishikesha, Padmanabha, Damodara, Pundhariksha. and Upendra. After fasting, one must feed a number of brahmans. Bheeshma says " the illustrious Vishnu, that ancient being, has himself said that there is no fast that possesses merit superior to what attach to fast of this kind."(81)

In section 106, of the same book, Yudhishthira says, "the disposition (of observing fasts) is seen in all orders of men including the very Mlechchhas….. What is the fruit that is earned in this world by the man that observes fasts?" Bheeshma replies that he had asked Angiras "the very same question that thou has asked me today." The illustrious Angiras says Brahmans and kshatriya should fast for three nights at a stretch is the maximum.
A person who fasts on the eight and fourteenth day of the dark fortnight "becomes freed from maladies of all kinds and possessed of great energy."

Fasting for one meal every day during a lunar month gets various boons according to the month in which he fasts.(82) For example, fasting for one meal every day during Margashirsha, "acquires great wealth and corn".

Vaishnavism(modifier)

In some specific periods of time (like Caturmasya or Ekadashi fasting) it is said that one who fasts on these days and properly doing spiritual practice on these days like associating with devotees -sangha, chanting holy names of Hari (Vishnu, Narayana, Rama, Krishna) and similar (shravanam, kirtanam vishno) may be delivered from sins.(citation requise)

Islam(modifier)

Ending the fast at a mosque

Muslims believe that fasting is more than abstaining from food and drink. Fasting also includes abstaining from any falsehood in speech and action, abstaining from any ignorant and indecent speech, and from arguing, fighting, and having lustful thoughts. Therefore, fasting strengthens control of impulses and helps develop good behavior. During the sacred month of Ramadan, believers strive to purify body and soul and increase their taqwa (good deeds and God-consciousness). This purification of body and soul harmonizes the inner and outer spheres of an individual. Muslims aim to improve their body by reducing food intake and maintaining a healthier lifestyle. Overindulgence in food is discouraged and eating only enough to silence the pain of hunger is encouraged. Muslims believe they should be active, tending to all their commitments and never falling short of any duty. On a moral level, believers strive to attain the most virtuous characteristics and apply them to their daily situations. They try to show compassion, generosity and mercy to others, exercise patience, and control their anger. In essence, Muslims are trying to improve what they believe to be good moral character and habits.

Ramadhan(modifier)

Fasting is obligatory for every Muslim one month in the year, during Ramadhan. Each day, the fast begins at sun-rise and ends at sunset. During this time Muslims are asked to remember those who are less fortunate than themselves as well as bringing them closer to God. Non obligatory fasts are two days a week as well as the middle of the month, as recommended by the Prophet Muhammad.

Although fasting at Ramadan is fard (obligatory), exceptions are made for persons in particular circumstances:

  • Prepubescent children; though some parents will encourage their children to fast earlier for shorter periods, so the children get used to fasting.
  • Unconditional vomiting because the food leaves through an unintentional part of the gut.
  • Serious illness; the days lost to illness will have to be made up after recovery.
  • If one is traveling but one must make up any days missed upon arriving at one's destination.
  • A woman during her menstrual period; although she must count the days she missed and make them up later.
  • A woman till forty days after giving birth to child or miscarriage. But she must count the day she missed in Ramadan or they should donate the amount of a normal person's diet for each day missed to the poor or needy.
  • A woman who is pregnant or breast feeding. But she must count the day she missed in Ramadan or they should donate the amount of a normal person's diet for each day missed to the poor or needy.
  • An ill person or old person who is not physically able to fast. They should donate the amount of a normal person's diet for each day missed if they are financially capable.
  • A mentally ill person.
  • For elders who will not be able to fast, a lunch meal (or an equivalent amount of money) is to be donated to the poor or needy for each day of missed fasting.

(83)

Sunna days(modifier)

Muslims are suggested to do sunna fasting on particular days:

  • Arafah fasting; to do fasting on the ninth of Dhū al-Ḥijjah month for those who are not performing hajj.
  • On the first nine day of Dhū al-Ḥijjah month.
  • Tasu'a fasting; to do fasting on the ninth of Muḥarram month to start off the next day fasting so they can differ themselves from the Christian and the Jews.
  • Asyura fasting; to do fasting on the tenth of Muḥarram month.
  • Shawwāl fasting; to do fasting 6 days on any day of Shawwāl month.
  • Monday-Thursday fasting; to do fasting every monday and thursday, except for the forbidden days.
  • Daud (David) fasting; to do fasting and not to do the fasting the next day, everyday.

Forbidden days(modifier)

Fasting is forbidden on these days:(84)

Jainism(modifier)

Prior to undertaking a Jain fast, a person must make a vow, or a formal statement of intent.(85)

Judaism(modifier)

Fasting for Jews means completely abstaining from food and drink, including water. Traditionally observant Jews fast six days of the year. With the exception of Yom Kippur, fasting is never permitted on Shabbat, for the commandment of keeping Shabbat is biblically ordained and overrides the later rabbinically instituted fast days. (The optional minor fast of the Tenth of Tevet could also override the Shabbat, but the current calendar system prevents this from ever occurring.(86))

Yom Kippur is considered to be the most important day of the Jewish year-cycle and fasting as a means of repentance is expected of every Jewish man or woman above the age of bar mitzvah and bat mitzvah respectively. This is the only fast day mentioned in the Torah (Leviticus 23:26-32). It is so important to fast on this day, that only those who would be put in mortal danger by fasting are exempt, such as the ill or frail (endangering a life is against a core principle of Judaism). Those that do eat on this day are encouraged to eat as little as possible at a time and to avoid a full meal. For some, fasting on Yom Kippur is considered more important than the prayers of this holy day. If one fasts, even if one is at home in bed, one is considered as having participated in the full religious service.

The second major day of fasting is Tisha B'Av, the day approximately 2500 years ago on which the Babylonians destroyed the first Holy Temple in Jerusalem, as well as on which the Romans destroyed the second Holy Temple in Jerusalem about 2000 years ago, and later after the Bar Kokhba revolt when the Jews were banished from Jerusalem, the day of Tisha B'Av was the one allowed exception. Tisha B'Av ends a three-week mourning period beginning with the fast of the 17th of Tammuz. This is also the day when observant Jews remember the many tragedies which have befallen the Jewish people, including the Holocaust.

Tisha B'Av and Yom Kippur are the major fasts and are observed from sunset to the following day's dusk. The remaining four fasts are considered minor and optional fasting is only observed from sunrise to dusk.(87) Both men and women can choose to observe them,(88) and a rabbi may give a dispensation if the fast represents too much of a hardship to a sick or weak person, or pregnant or nursing woman.

The four public but minor fast days are:

There are other minor customary fast days, but these are not universally observed, and they include:

  • "Bahab," (literally an acronym for "Monday, Thursday, Monday") the first two Mondays and first Thursday of the months Cheshvan and Iyar (postponed by a week if Monday is the first of the month.)
  • "Yom Kippur Katan," (literally "Little Yom Kippur") the day before every Rosh Chodesh, moved back to Thursday if that day is Saturday
  • The Fast of the Firstborn, on the day before Passover, which applies only to first-born sons; this obligation is usually avoided by participating in a siyum and ritual meal that takes precedence over fasting.

It is an Ashkenazic tradition for a bride and groom to fast on their wedding day before the ceremony as the day represents a personal Yom Kippur. In some congregations, repentance prayers that are said on Yom Kippur service are included by the bride and groom in their private prayers before the wedding ceremony.

Aside from these official days of fasting, Jews may take upon themselves personal or communal fasts, often to seek repentance in the face of tragedy or some impending calamity. For example, a fast is sometimes observed if a sefer torah is dropped. The length of the fast varies, and some Jews will reduce the length of the fast through tzedakah, or charitable acts. Mondays and Thursdays are considered especially auspicious days for fasting. Traditionally, one also fasted upon awakening from an unexpected bad dream although this tradition is rarely kept nowadays.

In the time of the Talmud, drought seems to have been a particularly frequent inspiration for fasts. In modern times as well the Israeli Chief Rabbinate has occasionally declared fasts in periods of drought.

Sikhism(modifier)

Sikhism does not promote fasting except for medical reasons. The Sikh Gurus discourage the devotee from engaging in this ritual as it "brings no spiritual benefit to the person". The Sikh holy Scripture, Sri Guru Granth Sahib tell us: "Fasting, daily rituals, and austere self-discipline – those who keep the practice of these, are rewarded with less than a shell." (Guru Granth Sahib Ang 216).

Human mind requires wisdom, which can be achieved by contemplating on word's and evaluating it, torturing body is of no use:
"He does not eat food; he tortures his body. Without the Guru's wisdom, he is not satisfied." (Guru Granth Sahib Ji, Ang 905)

If you keep fast, then do it a way so that you adopt the compassion, well being and ask for good will of everyone.
"Let your mind be content, and be kind to all beings. In this way, your fast will be successful." (Guru Granth Sahib Ji, Ang 299)

Serve God who alone is your Savior instead indulge into ritual, he is only one who will save you every where:
"I do not keep fasts, nor do I observe the month of Ramadaan. I serve only the One, who will protect me in the end. ||1||" (Guru Granth Sahib Ji, Ang 1136)

If you keep fast, to count everyday pledge yourself you will act honest, sincere, controls your desires, mediate. This is a way how you make yourself free of five thieves:
"On the ninth day(naomi) of the month, make a vow to speak the Truth, and your sexual desire, anger and desire shall be eaten up. On the tenth day, regulate your ten doors; on the eleventh day, know that the Lord is One. On the twelfth day, the five thieves are subdued, and then, O Nanak, the mind is pleased and appeased. Observe such a fast as this, O Pandit, O religious scholar; of what use are all the other teachings? ||2||" (Guru Granth Sahib Ji, Ang 1245)

Goal of Human is to meet the Lord-groom, so Guru Sahib Ji says:
"One who discards this grain, is practicing hypocrisy. She is neither a happy soul-bride, nor a widow. Those who claim in this world that they live on milk alone, secretly eat whole loads of food. ||3|| Without this grain, time does not pass in peace. Forsaking this grain, one does not meet the Lord of the World." (Guru Granth Sahib Ji, Ang 873)

"Fasting on Ekadashi, adoration of Thakurs (stones) one remains away from Hari engaged in the Maya and omens. Without the Guru's word in the company of Saints one does not get refuge no matter how good one looks." (Bhai Gurdas Ji, Vaar 7)

Taoism(modifier)

le bigu (辟谷 "avoiding grains") fasting practice originated as a Daoist technique for becoming a xian (仙 "transcendent; immortal"), and later became a Traditional Chinese medicine cure for the sanshi (三尸 "Three Corpses; the malevolent, life-shortening spirits that supposedly reside in the human body"). Chinese interpretations of avoiding gu "grains; cereals" have varied historically; meanings range from not eating particular foodstuffs such as food grain, Five Cereals (China), or staple food to not eating anything such as inedia, breatharianism, or aerophagia.

Yoga(modifier)

In Yoga principle, it is recommended that one maintains a spiritual fast on a particular day each week (Monday or Thursday). A fast should also be maintained on the full moon day of each month. It is essential on the spiritual fasting day not only to abstain from meals, but also to spend the whole day with a positive, spiritual attitude. On the fasting day, intake of solid food is avoided, with water taken as needed.(citation requise)

Japanese history(modifier)

Japan has used fasting as punishment for meat consumption. Consumption of domesticated animals was banned by Emperor Tenmu in 675 A.D. from April to September due to Buddhist influences, however wild game was exempt.(89) Nevertheless these laws were regularly flouted. According to the Engishiki, in the Heian Period, fasts began to be used as punishment for the Buddhist sin of meat consumption, initially for 3 days. Eating meat other than seafood (defined here simply as "meat") was seen by Buddhist elite as a kind of spiritually corrupted practice. By the Kamakura Period, much stricter enforcement and punishments began, with an order from Ise Shrine a fast for 100 days for eating wild or domestic animals as defined above, anyone who ate with someone who ate "meat" were required to fast for 21 days, and anyone who ate with someone who ate with someone who consumed "meat" was required to fast for 7 days.(89)

In alternative medicine(modifier)

Although practitioners of alternative medicine promote "cleansing the body" through fasting,(dix) the concept is quackery with no scientific basis for its rationale or efficacy.(90)(91)

Voir également(modifier)

Références(modifier)

  1. ^ "Do You Need to Starve Before Surgery? – ABC News". Abcnews.go.com. 25 March 2009. Récupéré 18 October 2010.
  2. ^ Norman, Dr (17 April 2003). "Fasting before surgery – Health & Wellbeing". Abc.net.au. Récupéré 18 October 2010.
  3. ^ "Anesthesia Information (full edition) | From Yes They're Fake!". Yestheyrefake.net. 1 January 1994. Archived from the original on 12 November 2010. Récupéré 18 October 2010.
  4. ^ "Lowering High TRIGLYCERIDES and Raising HDL Naturally – Full of Health Inc". Reducetriglycerides.com. Récupéré 18 October 2010.
  5. ^ Russell J, Rovere A, eds. (2009). "Fasting". American Cancer Society Complete Guide to Complementary and Alternative Cancer Therapies (2nd ed.). Société américaine du cancer. ISBN 9780944235713.CS1 maint: Uses editors parameter (link)
  6. ^ Fond, G; MacGregor, A; Leboyer, M; Michalsen, A (2013). "Fasting in mood disorders: Neurobiology and effectiveness. A review of the literature". Psychiatry Research. 209 (3): 253–8. doi:10.1016/j.psychres.2012.12.018. PMID 23332541.
  7. ^ une b Whitney, Eleanor Noss; Rolfes, Sharon Rady (27 July 2012). Understanding Nutrition. Cengage Learning. ISBN 978-1133587521. Récupéré 22 janvier 2017.
  8. ^ Shils, Maurice Edward; Shike, Moshe (2006). Modern Nutrition in Health and Disease. Lippincott Williams & Wilkins. ISBN 9780781741330. Récupéré 22 janvier 2017.
  9. ^ Anton, Stephen D; Moehl, Keelin; Donahoo, William T; Marosi, Krisztina; Lee, Stephanie A; Mainous, Arch G; Leeuwenburgh, Christiaan; Mattson, Mark P (2017). "Flipping the Metabolic Switch: Understanding and Applying the Health Benefits of Fasting". Obésité. 26 (2): 254–268. doi:10.1002/oby.22065. PMC 5783752. PMID 29086496.
  10. ^ une b Russell, Sharman Apt; Russell, Sharman (1 August 2008). Hunger: An Unnatural History. Basic Books. ISBN 978-0786722396. Récupéré 22 janvier 2017.
  11. ^ Leonhardt, David (2013). Nine Habits of Happiness. DoctorZed Publishing. ISBN 9780980625998. Récupéré 22 janvier 2017.
  12. ^ "Vegetarian Times". Active Interest Media, Inc. 1 October 1985. Récupéré 22 janvier 2017.
  13. ^ Moore, Jimmy; Fung, Jason (2016). The Complete Guide to Fasting: Heal Your Body Through Intermittent, Alternate-Day, and Extended Fasting. Simon and Schuster. p. 232. ISBN 9781628600018. Récupéré 1 August 2017.
  14. ^ McCue, Marshall D. (2012). Comparative Physiology of Fasting, Starvation, and Food Limitation. Springer Science & Business Media. p. 15. ISBN 9783642290565. Récupéré 1 August 2017.
  15. ^ une b Garcia, M. (2007) The Gospel of Cesar Chavez: My Faith in Action Sheed & Ward Publishing p. 103
  16. ^ ON THIS DAY 1981: Violence erupts at Irish hunger strike protest, nouvelles de la BBC
  17. ^ Shaw, R. (2008)Beyond the Fields: Cesar Chavez, the UFW, and the struggle for justice in the 21st century University of California Press, p.92
  18. ^ Espinosa, G. Garcia, M Mexican American Religions:Spirituality activism and culture(2008) Duke University Press, p 108
  19. ^ Shaw, R. (2008)Beyond the Fields: Cesar Chavez, the UFW, and the struggle for justice in the 21st century University of California Press, p.93
  20. ^ une b c Smith, Peter (2000). "fasting". A concise encyclopedia of the Bahá'í Faith. Oxford: Oneworld Publications. p. 157. ISBN 978-1-85168-184-6.
  21. ^ Effendi, Shoghi (1973). Directives from the Guardian. Hawaii Bahá'í Publishing Trust. p. 28
  22. ^ "The Buddhist Monk's Discipline: Some Points Explained for Laypeople". Accesstoinsight.org. 23 August 2010. Récupéré 18 October 2010.
  23. ^ "Kitagiri Sutta-Majjhima Nikaya". Urbandharma.org. Récupéré 12 March 2011.
  24. ^ Lee, Yujin; Krawinkel, Michael (2009). "Body composition and nutrient intake of Buddhist vegetarians". Asia Pacific Journal of Clinical Nutrition. 18 (2): 265–271. ISSN 0964-7058. PMID 19713187.
  25. ^ une b Harderwijk, Rudy (6 February 2011). "The Eight Mahayana Precepts". Viewonbuddhism.org. Récupéré 12 March 2011.
  26. ^ For further information, see The Way to Buddhahood: Instructions from a Modern Chinese Master by Venerable Yin-shun.
  27. ^ une b c "Nyung Ne". Drepung.org. Récupéré 12 March 2011.
  28. ^ "Nyungne Retreat with Lama Dudjom Dorjee". Ktcdallas.org. Archived from the original on 26 December 2010. Récupéré 12 March 2011.
  29. ^ Ph.D, Randi Fredricks (20 December 2012). Fasting: An Exceptional Human Experience. AuthorHouse. ISBN 978-1-4817-2379-4.
  30. ^ Bhikkhu, Thanissaro (5 June 2010). "Questions of Skill". Access to Insight. John T. Bullitt. Récupéré 7 June 2011. Each time you're about to act, ask yourself: "This action that I want to do: would it lead to self-harm, to the harm of others, or to both? Is it an unskillful action, with painful consequences, painful results?" If you foresee harm, don't follow through with it.
  31. ^ Harris, Elizabeth J. (7 June 2010). "Violence and Disruption in Society: A Study of the Early Buddhist Texts". Access to Insight. John T. Bullitt. Récupéré 7 June 2011. If you, Rahula, are desirous of doing a deed with the body, you should reflect on the deed with the body, thus: "That deed which I am desirous of doing with the body is a deed of the body that might conduce to the harm of self and that might conduce to the harm of others and that might conduce to the harm of both; this deed of body is unskilled (akusala), its yield is anguish, its result is anguish.
  32. ^ une b Falwell, Jerry (1981). Fasting, what the Bible teaches. Tyndale House. p. 27. ISBN 9780842308496.
  33. ^ David Grumett and Rachel Muers, Theology on the Menu: Asceticism, Meat and Christian Diet (Routledge, 2010).
  34. ^ une b Chisholm, Hugh (1911). The Encyclopaedia Britannica: A Dictionary of Arts, Sciences, Literature and General Information. Encyclopaedia Britannica. p. 428. The Lenten fast was retained at the Reformation in some of the reformed Churches, and is still observed in the Anglican and Lutheran communions.
  35. ^ une b c Gassmann, Günther; Oldenburg, Mark W. (10 October 2011). Historical Dictionary of Lutheranism. Scarecrow Press. p. 229. ISBN 9780810874824. In many Lutheran churches, the Sundays during the Lenten season are called by the first word of their respective Latin Introitus (with the exception of Palm/Passion Sunday): Invocavit, Reminiscere, Oculi, Laetare, and Judica. Many Lutheran church orders of the 16th century retained the observation of the Lenten fast, and Lutherans have observed this season with a serene, earnest attitude. Special days of eucharistic communion were set aside on Maundy Thursday and Good Friday.
  36. ^ une b c Ripley, George; Dana, Charles Anderson (1883). The American Cyclopaedia: A Popular Dictionary for General Knowledge. D. Appleton and Company. p. 101. The Protestant Episcopal, Lutheran, and Reformed churches, as well as many Methodists, observe the day by fasting and special services.
  37. ^ une b Hatch, Jane M. (1978). The American Book of Days. Wilson. p. 163. ISBN 9780824205935. Special religious services are held on Ash Wednesday by the Church of England, and in the United States by Episcopal, Lutheran, and some other Protestant churches. The Episcopal Church prescribes no rules concerning fasting on Ash Wednesday, which is carried out according to members' personal wishes; however, it recommends a measure of fasting and abstinence as a suitable means of marking the day with proper devotion. Among Lutherans as well, there are no set rules for fasting, although some local congregations may advocate this form of penitence in varying degrees.
  38. ^ Stravinskas, Peter M. J.; Shaw, Russell B. (1 September 1998). Our Sunday Visitor's Catholic Encyclopedia. Our Sunday Visitor. ISBN 9780879736699. The so-called black fast refers to a day or days of penance on which only one meal is allowed, and that in the evening. The prescription of this type of fast not only forbids the partaking of meats but also of all dairy products, such as eggs, butter, cheese and milk. Wine and other alcoholic beverages are forbidden as well. In short, only bread, water and vegetables form part of the diet for one following such a fast.
  39. ^ Cléir, Síle de (5 October 2017). Popular Catholicism in 20th-Century Ireland: Locality, Identity and Culture. Bloomsbury Publishing. p. 101. ISBN 9781350020603. Catherine Bell outlines the details of fasting and abstinence in a historical context, stating that the Advent fast was usually less severe than that carried out in Lent, which originally involved just one meal a day, not to be eaten until after sunset.
  40. ^ Guéranger, Prosper; Fromage, Lucien (1912). The Liturgical Year: Lent. Burns, Oates & Washbourne. p. 8 St. Benedict's rule prescribed a great many fasts, over and above the ecclesiastical fast of Lent; but it made this great distinction between the two: that whilst Lent obliged the monks, as well as the rest of the faithful, to abstain from food till sunset, these monastic fasts allowed the repast to be taken at the hour of None.
  41. ^ "Some Christians observe Lenten fast the Islamic way". Union of Catholic Asian News. 27 February 2002. Récupéré 28 February 2018.
  42. ^ "Code of Canon Law – IntraText". www.vatican.va. Récupéré 7 March 2019.
  43. ^ Buchanan, Colin (27 February 2006). Historical Dictionary of Anglicanism. Scarecrow Press. p. 182. ISBN 978-0-8108-6506-8. In the 1662 Book of Common Prayer, there is a list of "Days of Fasting, or Abstinence," consisting of the 40 days of Lent, the ember days, the three rogation days (the Monday to Wednesday following the Sunday after Ascension Day), and all Fridays in the year (except Christmas, if it falls on a Friday).
  44. ^ Gavitt, Loren Nichols (1991). Saint Augustine's Prayer Book. Holy Cross Publications. Récupéré 11 June 2015.
  45. ^ Daniel Cobb, Derek Olsen (ed.). Saint Augustine's Prayer Book. pp. 4–5.
  46. ^ une b c e Kallistos (Ware), Bishop; Mary, Mother (1978). The Lenten Triodion. South Canaan PA: St. Tikhon's Seminary Press (published 2002). pp. 35ff. ISBN 978-1-878997-51-7.
  47. ^ une b Kallistos (Ware), Bishop (1964). The Orthodox Church. London: Penguin Books. pp. 75–77, 306ff. ISBN 978-0-14-020592-3.
  48. ^ Gregory Palamas, Letter 234, I (Migne, Patrologia Graecae, 1361C)
  49. ^ "Old Orthodox Prayer Book" (2nd ed.). Erie PA: Russian Orthodox Church of the Nativity of Christ (Old Rite). 2001: 349ff.
  50. ^ "August 1991". Stjamesok.org. Récupéré 11 janvier 2016.
  51. ^ "John Wesley and Spiritual Disciplines– The Works of Piety". The United Methodist Church. 2012. Archived from the original on 10 November 2014. Récupéré 5 April 2014.
  52. ^ une b Crowther, Jonathan (1815). A Portraiture of Methodism: Or, The History of the Wesleyan Methodists. T. Blanshard. pp. 251, 257.
  53. ^ Epps, David (20 February 2018). "Facts about fasting". The Citizen. Récupéré 16 March 2018. In Methodism, fasting is considered one of the “Works of Piety.” The Discipline of the Wesleyan Methodist Church required Methodists to fast on certain days. Historically, Methodist clergy are required to fast on Wednesdays, in remembrance of the betrayal of Christ, and on Fridays, in remembrance of His crucifixion and death.
  54. ^ une b c Beard, Steve (30 January 2012). "The spiritual discipline of fasting". Good News Magazine. United Methodist Church.
  55. ^ McKnight, Scot (2010). Fasting: The Ancient Practices. Thomas Nelson. p. 88. ISBN 9781418576134. John Wesley, in his Journal, wrote on Friday, August 17, 1739, that "many of our society met, as we had appointed, at one in the afternoon and agreed that all members of our society should obey the Church to which we belong by observing 'all Fridays in the year' as 'days of fasting and abstinence.'
  56. ^ Synan, Vinson (25 August 1997). The Holiness-Pentecostal Tradition: Charismatic Movements in the Twentieth Century. Wm. B. Eerdmans Publishing. p. 24. ISBN 9780802841032.
  57. ^ Smith, Larry D. (September 2008). "Progressive Sanctification" (PDF). God's Revivalist and Bible Advocate. 120 (6). Principles which underlie our Wesleyan/holiness heritage include such commitments as unquestioned scriptural authority; classical orthodox theology; identity with the one holy and apostolic church; warmhearted evangelical experience; love perfected in sanctifying grace; careful, disciplined living; structured spiritual formation, fidelity to the means of grace; and responsible witness both in public and in private—all of which converge in holiness of heart and life, which for us Methodists will always be the “central idea of Christianity.” These are bedrock essentials, and without them we shall have no heritage at all. Though we may neglect them, these principles never change. But our prudentials often do. Granted, some of these are so basic to our DNA that to give them up would be to alter the character of our movement. John Wesley, for example, believed that the prudentials of early Methodism were so necessary to guard its principles that to lose the first would be also to lose the second. His immediate followers should have listened to his caution, as should we. For throughout our history, foolish men have often imperiled our treasure by their brutal assault against the walls which our founders raised to contain them. Having said this, we must add that we have had many other prudentials less significant to our common life which have come and gone throughout our history. For instance, weekly class meetings, quarterly love feasts, and Friday fast days were once practiced universally among us, as was the appointment of circuit-riding ministers assisted by “exhorters” and “local preachers.”
  58. ^ Earley, Dave (2012). Pastoral Leadership Is…: How to Shepherd God's People with Passion and Confidence. B&H Publishing Group. p. 103. ISBN 9781433673849.
  59. ^ Abraham, William J.; Kirby, James E. (24 September 2009). The Oxford Handbook of Methodist Studies. Oxford University Press. pp. 257–. ISBN 978-0-19-160743-1.
  60. ^ "What does The United Methodist Church say about fasting?". The United Methodist Church. Récupéré 1 March 2017.
  61. ^ Chavez, Kathrin (2010). "Lent: A Time to Fast and Pray". The United Methodist Church. Récupéré 1 March 2017.
  62. ^ une b c Gentilcore, David (19 November 2015). Food and Health in Early Modern Europe: Diet, Medicine and Society, 1450-1800. Bloomsbury Publishing. p. 125. ISBN 9781472528421.
  63. ^ Albala, Ken. 2003. Food in early modern Europe. P.200
  64. ^ (1) Archived 2 November 2009 at the Wayback Machine
  65. ^ What is the holiest season of the Church Year? Archived 9 February 2009 at the Wayback Machine. Retrieved 3 February 2010. Archived copy at the Internet Archive
  66. ^ Pfatteicher, Philip H. (1990). Commentary on the Lutheran Book of Worship: Lutheran Liturgy in Its Ecumenical Context. Augsburg Fortress Publishers. pp. 223–244, 260. ISBN 9780800603922. The Good Friday fast became the principal fast in the calendar, and even after the Reformation in Germany many Lutherans who observed no other fast scrupulously kept Good Friday with strict fasting.
  67. ^ Jacobs, Henry Eyster; Haas, John Augustus William (1899). The Lutheran Cyclopedia. Scribner. p. 110. By many Lutherans Good Friday is observed as a strict fast. The lessons on Ash Wednesday emphasize the proper idea of the fast. The Sundays in Lent receive their names from the first words of their Introits in the Latin service, Invocavit, Reminiscere, Oculi, Lcetare, Judica.
  68. ^ une b Weitzel, Thomas L. (1978). "A Handbook for the Discipline of Lent" (PDF). Evangelical Lutheran Church in America. Récupéré 17 March 2018.
  69. ^ An explanation of Luther's Small Catechism: The Sacrament of the Eucharist, section IV: Who receives the Sacrament worthily? (LCMS). Retrieved 15 October 2009.
  70. ^ "The Liturgical Calendar". Reformed Church in America. 2018. Récupéré 13 March 2018.
  71. ^ une b "Ash Wednesday". Reformed Church in America. 2018. Récupéré 13 March 2018.
  72. ^ Hambrick-Stowe, Charles E. (1 April 2013). The Practice of Piety: Puritan Devotional Disciplines in Seventeenth-Century New England. UNC Press Books. p. 100. ISBN 9781469600048.
  73. ^ Poole, Kristen (30 March 2006). Radical Religion from Shakespeare to Milton: Figures of Nonconformity in Early Modern England. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-02544-7.
  74. ^ une b Wallis, Arthur, God's Chosen Fast, Christian Literature Crusade (June 1986)
  75. ^ Johnson, William, The Fasting Movement, Bethesda Books, 2003
  76. ^ Riley M. Lorimer. "Where Do Fast Offerings Go? – New Era May 2008 – new-era". Lds.org. Récupéré 11 janvier 2016.
  77. ^ Gordon B. Hinckley. "The State of the Church – Ensign May 1991 – ensign". Lds.org. Récupéré 11 janvier 2016.
  78. ^ une b "First Presidency Letter: Testimonies in Fast and Testimony Meeting – Church News and Events". Lds.org. Récupéré 11 janvier 2016.
  79. ^ "Shravan Month, Shravan Maas, Sawan Mahina 2015". Rudraksha Ratna. Récupéré 11 janvier 2016.
  80. ^ "The Mahabharata, Book 13: Anusasana Parva: Section CIII". www.sacred-texts.com. Récupéré 19 October 2015.
  81. ^ "The Mahabharata, Book 13: Anusasana Parva: Section CIX". www.sacred-texts.com. Récupéré 19 October 2015.
  82. ^ "The Mahabharata, Book 13: Anusasana Parva: Section CVI". www.sacred-texts.com. Récupéré 19 October 2015.
  83. ^ "Official Ramadan 2014 website". Ramadan.co.uk. Récupéré 11 janvier 2016.
  84. ^ Ismail Kamus (1993). Hidup Bertaqwa (2nd ed.). Kuala Lumpur: At Tafkir Enterprise. ISBN 983-99902-0-9.
  85. ^ Wiley, Kristi (2004). The A to Z of Jainism. p. 85. ISBN 978-0810868212.
  86. ^ Prero, Yehuda. "The Fast of the Tenth of Teves, "Asara B'Teves"". Project Genesis. Récupéré 1 August 2010.
  87. ^ Bar-Hayim, David (6 July 2009). "The Four Fasts: Halakha or Minhagh". Machon Shilo. Récupéré 28 September 2017.
  88. ^ Bar-Hayim, David (15 July 2010). "The Four Fasts and their Halakhic Status Today". Machon Shilo. Récupéré 28 September 2017.
  89. ^ une b https://www.kikkoman.co.jp/kiifc/foodculture/pdf_09/e_002_008.pdf
  90. ^ Porter, Sian (May 2016). "Detox diets" (PDF). British Dietetic Association. The whole idea of detox is nonsense. The body is a well-developed system that has its own built-in mechanisms to detoxify and remove waste and toxins. Our body constantly filters out, breaks down and excretes toxins and waste products like alcohol, medications, products of digestion, dead cells, chemicals from pollution and bacteria
  91. ^ David Gorski (23 May 2011). "Fashionably toxic". Science-Based Medicine. Récupéré 29 January 2019.

Liens externes(modifier)